LIFE + Nature FLANDRE (Français)

LIFE + Nature FLANDRE (Français)

Flemish And North French Dunes Restoration est un projet conjoint de l'Agence Nature et Forêts du Gouvernement Flamand, du Conservatoire de l’Espace littoral et des Rivages lacustres et du Département du Nord, cofinancé par l'Union européenne, de restauration de la nature dans les dunes littorales entre Dunkerque (France) et Westende (Belgique).

L’exposition se trouve du 7 novembre jusqu’au 14 décembre au Lycée Professionnel Agricole de Dunkerque, où elle ne peut être visité qu’en groupe. Les groupes intéressés doivent convenir d’avance le moment de leur visite avec la direction du lycée. La direction du lycée peut être contactée soit par e-mail à l’adresse suivante lpa.dunkerque@educagri.fr, soit par téléphone au numéro 0033 3 28 58 80 30. Des visites guidées sont également possible sur demande.

 

 

 

 

 

 

Les conclusions de Dunkerque

Les 12, 13 et 14 juin, 143 experts en dunes littorales de 13 pays européens (*) se sont réunis dans les locaux de l'Université du Littoral - Côte d'Opale (Dunkerque, France) pour examiner les mesures nécessaires à la protection et à la restauration de la biodiversité et des processus naturels des dunes côtières et des plages de sable. Cet atelier international a été organisé dans le cadre du projet transfrontalier franco-belge LIFE+ nature 'FLANDRE', ce qui est l’abréviation de ‘Flemish And North French Dunes Restoration’.

Les dunes côtières abritent une biodiversité particulièrement riche, apportent une contribution essentielle au bien-être des populations locales et des touristes et contribuent de manière naturelle et durable à la protection contre la montée du niveau de la mer. Cependant, la qualité et la superficie des dunes côtières se détériorent en raison de l'urbanisation, du changement climatique, des dépôts d'azote, de l'intensification de l'agriculture et de l'émergence d'espèces végétales exotiques envahissantes. Afin de maintenir nos côtes et nos dunes en bon état, il est urgent de prendre des mesures supplémentaires.

Les principales conclusions de l'atelier international sont les suivantes:

  1. Une coopération étroite entre experts et praticiens de la défense côtière (digues) et de l'écologie est nécessaire pour développer des côtes résistantes à l'élévation du niveau de la mer, imitant autant de processus naturels que possible. Un exemple de ces processus naturels est le transport du sable entre les bancs de sable dans la mer peu profonde, la plage et les dunes, qui forment ensemble un écosystème unique.
  2. Les mouvements du sable sous l'influence du vent est nécessaire à la santé de l'écosystème dunaire. Après tout, c'est par la pulvérisation du sable que de nouvelles pannes dunaires sont créés et que les sols dunaires sont pourvus du calcaire qui est nécessaire à la préservation de la végétation dunaire calciphile. Il est donc conseillé de maintenir ou de restaurer des zones de sable non végétées dans les sites de dunes.
  3. Les espèces végétales exotiques envahissantes menacent la végétation indigène vulnérable des dunes. Il est donc nécessaire:
    - de renforcer à l’échelle internationale les connaissances et le partage des connaissances sur les méthodes de lutte efficace contre les espèces de plantes exotiques envahissantes ;
    - de mener sur le terrain sans délai une éradication cohérente de ces espèces végétales exotiques envahissantes.
  4.  Sur les côtes fortement urbanisées, comme la côte flamande, le cordon de dunes littorales est spatialement fragmenté en sites dunaires isolées les uns des autres. La présence de zones densément bâties et de nombreuses routes entre les sites dunaires restants empêche le mouvement naturel (" migration ") des espèces animales et végétales indigènes d'un site dunaire à un autre. Par conséquent, les populations isolées d'espèces végétales et animales typiques des dunes sont menacées d'extinction locale. Du côté de la mer, les plages et, à l'intérieur des terres, les zones de transition entre les dunes et polders, aux deux extrémités des zones urbanisées, offrent les seuls espaces ouverts dans lesquels des corridors de migration pour les plantes et les animaux dunaires peuvent être développés par des mesures respectueuses de la nature.

La congrégation internationale a également visité le complexe de dunes transfrontalier 'Dune du Perroquet - De Westhoek - Domain Cabour - Dune fossile de Ghyvelde' entre Bray-Dunes, De Panne et Ghyvelde et a admiré l'importance naturelle-patrimoniale particulièrement grande de ce complexe de dunes unique. Il a également été constaté que la cohésion spatiale et écologique entre 'De Westhoek' et 'La Dune du Perroquet', ainsi que celle entre 'De Westhoek' et le cordon de dunes 'anciennes' de Cabour, sont maintenant artificiellement fragmentées par (entre autres choses) les routes, et qu'il est nécessaire de rétablir les liens écologiques entre les différentes parties du complexe transfrontalier de dunes.

Les représentants de la Commission européenne ont également indiqué que la récente évaluation à mi-parcours du programme LIFE pour la période 2014-2020 démontre l'efficacité du programme LIFE à apporter des solutions aux problèmes environnementaux. Sur la base des résultats positifs de cette évaluation, la Commission européenne a proposé une augmentation du budget de 5,45 milliards d'euros sur 7 ans pour le futur programme LIFE 2021-2027.

L'atelier international "Dunes côtières et plages de sable, Dunkerque 2018" vise à être le point de départ d'un réseau international permanent renouvelé d'experts européens dans la gestion des dunes côtières et des plages de sable. Tous les trois ans, les experts devraient se réunir pour partager leurs connaissances et leur expérience et évaluer les progrès réalisés au niveau européen en matière de restauration écologique des dunes côtières et des plages de sable. Grace aux nombreuses contributions, les organisateurs de l'atelier espèrent avoir inspiré les participants de 13 pays européens à lancer de nouveaux projets LIFE sur la gestion de la nature et la protection du littoral en période de changement climatique et d'élévation du niveau de la mer.

Les partenaires du projet LIFE+ FLANDRE remercient le Laboratoire d'océanologie et de géosciences (LOG) de l'Université du Littoral - Côte d'Opale (ULCO) d'avoir contribué à l’organisation de l’atelier et d’avoir gracieusement mis ses collaborateurs et locaux à disposition de l'atelier.

* Nous avons reçu des représentants de Belgique, France, Danemark, Allemagne, Italie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Malte, Portugal, Espagne, Royaume-Uni, Suède et Hong Kong. Les gestionnaires des dunes, les responsables d'autres projets LIFE, ainsi que les scientifiques ont échangé leurs connaissances et des informations.



Journée européenne Natura 2000 réussie à Oostduinkerke !

Le lundi 21 mai 2018, pas moins de 40 personnes intéressées participèrent à l’excursion guidée, organisée par l’ANB, dans les Oostvoorduinen et le Hannecartbos à Oostduinkerke avec attention particulière pour les réalisations des projet LIFE Nature FEYDRA (2002-2005) et FLANDRE (2013-2020). Les participants étaient originaires de 4 états-membres de l’Union Européenne : Belgique, France, Pays-Bas et Allemagne ! Cela aussi est contribuer à l’édification d’une Europe unie qui est garante pour plus de nature de haute qualité.

© Luc David

    Seconde visite de la Commission Européenne
    Le 22 août 2017, la Commission Européenne  a visité pour la seconde fois le projet LIFE+ Nature FLANDRE. Le projet LIFE+ FLANDRE veut, par l’élaboration d’une base juridique pour la coopération transfrontalière et d’un statut légal d’espace naturel transnational, fournir un instrument utile à la coopération transnationale et la protection et gestion de sites Natura 2000 transfrontaliers en général.  Les représentants de la Commission Européenne, Laszlo Becsy and Päivi Rauma, ont visité, ensemble avec Ben Delbaere, de l’ équipe externe NEEMO qui assiste la Commission Européenne, entre autres, la “Dune Dewulf” à Leffrinckoucke (France), où durant l’hiver dernier 11 hectares ont été débroussaillées et 5 mares creusées par le Département du Nord. Dans les mares nouvellement creusées, la reproduction du Crapaud calamite (Epidalea calamita) a déjà eu lieu et dans les zones débroussaillées, des espèces typiques des habitats ciblés ‘pannes humides’  2190 (Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata), Epipactis des marais (Epipactis palustris) …) et ‘dunes grises’ (Polygale commun (Polygala vulgaris)) sont déjà apparues.


    Photo de la délégation de la Commission Européenne (Päivi Rauma et Laszlo Becsy) et de NEEMO (Ben Delbaere), ensemble avec l’équipe franco-belge de LIFE+ FLANDRE devant un écriteau qui fournit des explications au sujet du projet à l’entrée de la “Dune Dewulf” (© Herman Spruytte)
     

    Le comité consultatif se réunit pour la quatrième fois et visitât les travaux de débroussaillages à grande échelle dans la « Dune Dewulf » à Leffrinckoucke (France)
    En novembre 2013, 46 représentants (dont 27 Français et 19 Belges) des administrations publiques, institutions scientifiques et organisations de conservation de la nature non-gouvernementales furent invités à participer au comité consultatif du projet LIFE+12 Nature « FLANDRE ». 44 de ces personnes (dont 27 Français et 17 Belges) ont accepté de se joindre au comité. La première réunion de ce comité consultatif s’est tenue le 7 mai 2014 à Zuydcoote (France), la deuxième le 11 décembre 2015 à Coxyde (Belgique) et , la troisième le 9 novembre 2016 et la quatrième le 13 décembre 2017 à nouveau à Zuydcoote. Durant cette quatrième réunion du comité consultatif, l’attention des 24 membres présents se portât surtout sur la progression des acquisitions de terrains (actions B.1 et B.2), la préparation de l’atelier international du 12 au 14 juin 2018 à Dunkerque concernant la gestion des dunes (action E.5) et les travaux déjà exécutés et encore en exécution, plus particulièrement les débroussaillages à grande échelle (action C.2) et le creusement de nouvelles marres (action C.5) dans la « Dune Dewulf » à Leffrinckoucke.


    Avec le soutien de l’instrument financier LIFE+ de la Communauté européenne
    LIFE est l’instrument financier de l’ UE qui supporte des projets environnementaux, de préservation de la nature et du climat à travers toute l’UE. L’objectif général de LIFE est de contribuer à l’implémentation, l’actualisation et le développement de la politique et de la législation en matière d’environnement et de climat de l’UE en co-financant des projets avec une plus-value européenne. Depuis 1992 LIFE a co-financé 4.171 projets, contribuant approximativement 3,4 milliards d’Euros à la protection de l’environnement et du climat.